Quand une idée commence à se former et à se consolider en vous et que vous êtes persuadés que c’est la bonne, qu’elle n’a aucun défaut et que tout le monde va y adhérer directement, vous pensez alors peut être que cela pourrait faire le sujet d’une création d’entreprise. Nous sommes nombreux à vouloir créer notre entreprise et nous sommes peu nombreux à effectivement passer le cap de l’idée.

Personnellement, j’ai une idée depuis assez longtemps. Etant d’un profil technique, j’ai une idée technique qui, je le pense bien sur, est la meilleure dans son domaine. Donc depuis quelques années, je développe cette idée (car il s’agit d’informatique). Pour l’instant le modèle choisit est un modèle open source car je ne comptais pas faire d’argent avec cette idée. Suite à plusieurs demandes de prestation avec mon outil, j’ai commencé à me demander si cela pouvait faire l’objet d’une création de société, donc de vivre de mon idée initiale. Et là en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la réponse fut non, ce n’est pas possible d’en vivre!

Pourquoi? Simplement car le secteur économique ciblé est totalement bouché et que mon outil n’apporte pas suffisamment de valeur ajouté par rapport aux concurrents. Du cout le temps d’acquisition d’un client devient vite rédibitoire vis à vis du chiffre que l’on peut en retirer. D’où le besoin de repenser l’idée, de se remettre en question. Cette remise en question est d’autant plus facile que la critique venait de moi. Maintenant, il faut être capable de faire la même chose si la critique vient de l’extérieur (avec un bémol cependant: être en accord avec le raisonnement de la critique). Donc au cours de l’aventure, l’idée initiale va évoluer, murir, se transformer pour avoir quelque chose qui soit en accord avec une création d’entreprise: économiquement viable.

Pour ma part mon idée à beaucoup évoluée ces derniers jours. Mon idée initiale était de promouvoir, développer ma technologie tout en offrant service autour. Mais cette technologie possède deux handicapes majeur:

  • faible notoriété
  • beaucoup de concurrence plus connue

J’ai donc pris ces points faibles et décider de travailler à les supprimer. J’en suis arrivé à une conclusion assez simple: il faut mettre en place un service innovant basé sur cette technologie. Mon idée a donc évolué vers la création de services innovants. La conception, la promotion et la vente de services innovants, c’est quelque chose que je sais faire de part mon métier. Il ne me manquait plus que les services à inventer ou à ré-inventer. Je pense être tombé sur une bonne nouvelle idée (en fait une vieille idée mais qui revient à la surface). Inconvéniant, le secteur est un peu encombré. Cet inconvéniant est largement compensé par le côté innovant de l’approche du secteur. Après plusieurs discussions avec des clients potentiels, l’approche s’est encore affiné et le modèle économique commence à hémerger. Au vue des premiers chiffres posés sur le papier avec bien sur des scénarios assez pessimistes, j’arrive à la conclusion qu’elle est viable.

En conclusion, je reprendrai le titre de cet article: L’idée initiale, une utopie à confronter au monde. Il s’agit généralement du premier obstacle pour un porteur de projet: accepter le monde tel qu’il est et adapter son idée pour l’y intégrer.